Livraison gratuite avec tout achat de 75$ et +
Livraison gratuite avec tout achat de 75$ et +
Panier 0

Descente d’organes… quelques règles de base pour savoir si vous en avez une

La descente d’organes arrive souvent après l’accouchement, particulièrement si celui-ci a été difficile, que vous avez poussé pendant de longues heures et surtout si vous étiez positionnée sur le dos avec le corps enroulé sur vous-même en tenant vos jambes. Il peut s’agir d’une descente de vessie, d’utérus ou de rectum, généralement gradée de un à quatre, quatre étant la plus grave. Les descentes d’organes se font ressentir comme une lourdeur dans le bas ventre, plus précisément dans le vagin, parfois comme une boule qui cherche à sortir, parfois comme une sensation de tampon mal positionné ou parfois comme une sensation de mouvement à l’intérieur du vagin donnant l’impression que vos organes ne sont pas fixés aux parois vaginales. Si une telle sensation est ressentie après votre accouchement, vous devez consulter en physiothérapie périnéale. Ces physiothérapeutes sont spécialisés dans les troubles de la région pelvienne, ce sont les thérapeutes à voir en cas de doute. Ils vous prescriront des exercices spécifiques et assureront un suivi régulier.

Vous êtes dans cette situation et vous aimeriez quand même sortir de la maison et commencer à bouger un peu? Il vous est possible de suivre le cours de Core chez Douceurs et petits poids. C’est un cours priorisant le renforcement de la musculature profonde, dont le plancher pelvien. Vous serez supervisée par une kinésiologue en périnatalité qui pourra vous donner des options d’exercices spécifiques à votre condition.

Justement, voici quelques règles de base en cas de descente d’organes :

Remonter le diaphragme pour remonter les organes: 

  • Lorsque le diaphragme monte dans la cage thoracique (à l’expiration), cela a pour effet «d’aspirer» vos organes vers le haut du bassin. En remontant, le diaphragme crée une pression inverse dans l’abdomen, ce qui attire les organes et le plancher pelvien vers le haut du bassin.

  • Faites vos exercices de plancher pelvien couchée sur le dos avec le bassin dans les airs supporté par des coussins ou en position demi-pont, vous pouvez aussi les faire en position déclive (4 pattes sur les coudes). Vous allez ainsi remonter votre diaphragme dans la cage thoracique à l'aide de la gravité. 
  • Pratiquez la fausse inspiration thoracique de Bernadette de Gasquet : allongée sur le dos les jambes repliées, inspirez librement en laissant le ventre se gonfler naturellement. Expirez librement, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’air dans les poumons. Avant de reprendre une inspiration, bouchez le nez et fermez la bouche, puis prenez une fausse inspiration sans qu’il n’y ait d’air qui entre (faites comme si vous étiez en train de terminer un smoothie vraiment bon et que vous vouliez aspirer toutes les dernières gouttes). La fausse inspiration a un effet de succion vers le haut, votre ventre devrait s’abaisser et chercher à rentrer dans la cage thoracique. Maintenez 5 secondes et recommencez pour 10 respirations.

 

Éviter les pressions sur le plancher pelvien :

  • Adoptez toujours une position avec la colonne vertébrale bien allongée, car avoir la colonne courbée vers l’avant ajoute une pression constante dans l’abdomen et donc sur vos organes et sur votre plancher pelvien. 
  • Pensez à vous lever du lit ou d’une position sur le dos en vous tournant sur le côté pour vous pousser en position assise (comme lorsque vous étiez enceinte!). Se relever en faisant un redressement assis met beaucoup de pression sur vos organes et sur votre plancher pelvien. Voyez votre corps comme un tube de dentifrice: lorsqu’on l’enroule sur lui-même, la pression le fait sortir bout. Faites également la même chose en vous enroulant sur vous-même pour vous relever…
  • Évitez le portage prolongé, car il met beaucoup de pression sur vos organes et sur votre plancher pelvien. On ne pense pas toujours à notre posture lorsqu’on prend bébé et on finit souvent par s’écraser dans notre bassin, ce qui crée beaucoup de pression. Allongez plutôt votre colonne en poussant la tête vers le haut, ramenez votre bassin vers les talons et engagez vos abdominaux profonds en tenant le ventre près de la colonne vertébrale. Si bébé doit être porté longtemps dans vos bras (parce qu’il ne veut pas que vous le déposiez 😉), essayez de vous asseoir sur un ballon d’exercice, cela diminuera les pressions sur le plancher pelvien et alignera votre colonne!
  • Pensez à respirer lorsque vous forcez. Que vous forciez pour prendre bébé, prendre la coquille ou lors d'un exercice musculaire, il faut respirer. Vous devez expirer au moment de l’effort le plus grand, par exemple : expirer en soulevant la coquille de terre, en prenant bébé du berceau ou en levant des poids à l’entraînement. L’expiration devrait venir avec l’engagement de votre plancher pelvien et de votre transverse (muscle abdominal le plus profond, responsable de l’expiration et du soutien du ventre). Pour avoir un bon engagement de vos muscles posturaux profonds, il faut avoir pratiqué plusieurs fois des exercices de respiration accompagnés de contraction du plancher pelvien et du transverse.

Voilà, avec ces quelques trucs, un suivi en physiothérapie périnéale et un programme d’exercices donné par une kinésiologue en périnatalité, il vous sera possible de continuer la plupart de vos activités quotidiennes!

 

 

Catherine Pelletier, kinésiologue – massothérapeute en périnatalité


Article précédent Article suivant