Livraison gratuite avec tout achat de 75$ et +
Livraison gratuite avec tout achat de 75$ et +
Panier 0

Les tests de Catherine sur les différentes façons de porter la coquille

Petit vidéo de mes tests sur les différentes façons de porter la coquille.

 

On va se le dire, une coquille n’est pas très ergonomique! Dans un monde idéal, on aurait une coquille avec des roulettes et une poignée rétractable ou on ferait beaucoup plus de portage. Comme on a tout de même besoin d’une coquille, je me suis dit que je testerais pour vous les différentes façons de la prendre efficacement autant sur place qu’à la marche. Voici mon avis sur les positions que j’ai testées.

Le creux du coude

Porter la coquille de bébé dans le creux du coude
Tout d’abord, ce n’est pas très confortable pour le coude, mais une maman (car je suis sûre que c’est une maman qui a inventé ça) a pensé fabriquer des petits coussins à velcro pour mettre sur la poignée de la coquille. Une fois que l’on s’est placée droite : plancher pelvien et transverse engagés, colonne vertébrale allongée vers le haut sans s’incliner sur le côté, épaules détendues et genoux débarrés, la position n’est pas si inconfortable. Par contre, comme on tient la coquille à un bras et qu’on la tient souvent du même côté, voir toujours du même côté, cela peut créer des déséquilibres posturaux. Pour la marche, il est plutôt difficile d’éviter d’incliner la colonne en sens opposé de la coquille. La coquille est appuyée au niveau de la hanche, ce qui peut devenir désagréable si on marche longtemps.

Le bras entortillé

Porter la coquille de bébé avec le bras entortillé

J’étais sceptique… comme beaucoup de mamans, je crois, mais cette position s’est avérée pas trop mal. Je doutais surtout du confort et de la capacité de mon bras à bien tenir la coquille avec un bébé qui pèse une vingtaine de livres. Finalement, le tout est très solide et confortable (sans être très naturel, par contre). Une fois la posture bien alignée, les avantages et inconvénients de cette position sont très semblables à ceux avec la coquille dans le creux du coude. Avec cette position, la coquille vient un peu moins se buter contre la hanche lorsqu’on marche.

À bout de bras

Porter la coquille de bébé au bout des bras

Disons que c’est la moins efficace… et on le voit à mon expression faciale dans la photo de gauche ;). Il est très difficile de maintenir la colonne droite sans incliner sur le côté, surtout lorsque vient le temps de marcher. La coquille finit, tôt ou tard, par cogner sur la jambe, et ce n’est pas très agréable. Bref, c’est rare que je vous voies porter la coquille de cette façon, mais je ne la conseille pas du tout.

La coquille devant soi

Porter la coquille de bébé devant soi

ALLÉLUIA!!! De loin ma préférée! Il est facile d’aligner le corps puisque que la coquille est en avant. Bien entendu, on travaille un peu plus avec nos biceps pour tenir la coquille, mais, au moins, on travaille avec les deux bras en même temps, contrairement à la position du creux du coude ou à celle du bras entortillé. Cela évite de déséquilibrer la posture. Il faut cependant faire attention, car, dans cette position, vous aurez tendance à vous cambrer vers l’arrière pour appuyer la coquille sur vos hanches. Travaillez avec vos bras, ayez un bon engagement plancher pelvien-transverse avec une colonne allongée vers le haut et le tour est joué.

Conclusion

Dans tous les cas, vous remarquerez dans la vidéo qu’il faut faire un squat pour aller chercher la coquille. Expirez en engageant plancher pelvien-transverse pour lever la coquille. Vous protégerez ainsi votre plancher pelvien et vos organes des hyperpressions abdominales qui sont créées lorsque vous inclinez le tronc au lieu de faire un squat. Gardez en tout temps le plancher pelvien, le transverse et les fessiers engagés dans votre posture. Pour vous aider à avoir la bonne posture et à comprendre l’implication de vos muscles profonds dans le portage de la coquille, c’est dans le cours de Core que ça se passe!!!

À bientôt les mamans!

Catherine Pelletier Kinésiologue – Massothérapeute en périnatalité

 


Article précédent Article suivant