Inscriptions en cours - Nouvelle session

Pourquoi je n'ai pas le droit d'être triste ?

Rédigé par Maman Blogueuse

Je suis enceinte de 9 semaines.

Dès l'instant où j'ai vu le petit + sur un des milliers de tests de grossesse que j'ai fait, 
  • Déjà je t'aime de tout mon coeur;
  • Déjà j'ai hâte d'entendre ton petit coeur battre;
  • Déjà j'ai hâte de sentir tes coups de pieds;
  • Déjà j'ai hâte de te prendre dans mes bras;
  • Déjà j'ai hâte de te dire à quel point je t'aime.
Je me couche le soir en imaginant ma vie avec toi et tu n'as aucune idée de combien ça me rend heureuse.

Et puis, je t'ai vu, à l'endroit où je ne voulais jamais te voir, beaucoup trop tôt pour une respiration...
J'ai pleurer, j'ai du dire à mon entourage que je t'avais perdu et eux de me répondre qu'au moins je t'avais pas rencontré et que c'est beaucoup moins pire que d'accoucher d'un enfant qui ne pleurera jamais à la naissance...

Comme si je n'avais pas le droit d'être triste...

Je réalise que :
  • Jamais je ne pourrai entendre ton petit coeur battre;
  • Jamais je ne pourrai sentir tes coups de pieds;
  • Jamais je ne pourrai te prendre dans mes bras;
  • Et jamais je ne pourrai te dire à quel point je t'ai aimé.
J'étais enceinte de 9 semaines et je me dois d'être forte parce que 9 semaines c'est rien.
Mon moral est à 0, mais ce n'est pas grave, je n'ai qu'à en faire un autre...

Je vais me coucher ce soir en me rappelant tout ce que j'ai perdu aujourd'hui et tu n'as aucune idée, mon petit ange, à quel point ton départ me rend triste...


Sara Tessier
Maman