L’apprentissage de la marche

L'apprentissage de la marche

L’apprentissage de la marche est une grosse étape dans le développement moteur de votre enfant. C’est une fausse croyance de penser que la plupart des enfants marchent à leur 1er anniversaire. La moyenne d’âge pour le début de la marche est de 12 à 15 mois et peut aller jusqu’à 18 mois. Voici quelques conseils qui pourront vous permettre d’aider votre enfant face à ce nouveau défi.

  1. Il ne faut pas hâter le début de la position debout. Les enfants aiment être debout dès un jeune âge, mais pour favoriser le bon développement de leurs capacités motrices, il ne faut pas négliger l’importance du jeu au sol et de la marche à quatre pattes. Quand l’enfant commencera à se tirer debout seul, vous pourrez l’encourager à y passer plus de temps pour développer son équilibre et le contact de ses pieds avec le sol.
  2. Les pieds sont pleins de petits récepteurs qui, une fois activés par la pression, donneront l’information à son cerveau et ses muscles sur leur position au sol. Ces récepteurs sont donc très importants pour marcher de façon contrôlée. Il est donc recommandé de laisser vos enfants nu-pieds le plus possible lors de la découverte de la marche. Ils doivent expérimenter plusieurs surfaces différentes comme le gazon, le bois, le tapis, afin de bien pouvoir interpréter ces nouvelles informations et maîtriser la marche.
  3. Il est normal que les enfants qui commencent à marcher aient les jambes écartées et que leurs pieds soient tournés vers  l’extérieur. Cela ne devrait cependant pas durer. Si votre enfant continue de marcher avec les pieds tournés vers l’extérieur ou si, au contraire, il marche avec les pieds tournés vers l’intérieur, n’hésitez pas à aller chercher des conseils auprès d’un physiothérapeute en pédiatrie.
  4. Le soulier lui, est un outil de protection du pied et non un outil à l’apprentissage de la marche. Il est important qu’il soit léger et que la semelle soit flexible pour permettre aux récepteurs dans les pieds de votre enfant de faire leur travail. Dans certains cas seulement, des souliers plus rigides seront recommandés par votre médecin ou votre professionnel de la santé.

Et voilà, bonne marche!

Caroline Labelle, Physiothérapeute en pédiatrie


Article précédent Article suivant