Lignes directrices de l’entraînement prénatal

Entraînement prénatal

L’entraînement durant la grossesse suscite plusieurs questions chez les futures mamans : « Est-ce que je peux commencer à m’entraîner durant ma grossesse? Est-ce que je peux continuer le même entraînement que je faisais avant ma grossesse? Est-ce que je peux faire des abdominaux? » Voici quelques lignes directrices sur l’entraînement prénatal pour la future maman qui veut bouger un peu plus et pour celle qui veut garder la forme et continuer à s’entraîner quatre fois par semaine!

La grossesse compte son lot de changements physiologiques et d’impacts… Les premiers mois sont ceux des maux de cœur et de la fatigue. Au deuxième trimestre, alléluia, le niveau d’énergie remonte, maman est plus en forme que jamais et les maux de grossesse ne se sont pas encore trop pointé le bout du nez. Au troisième trimestre, des petits maux de grossesse tels que les douleurs au nerf sciatique, au dos ou au bassin apparaissent. Heureusement, l’accouchement approche! L’activité physique aide grandement à ce que chaque étape de la grossesse se passe mieux!

Voici quelques bienfaits de l’activité physique en période prénatale :

  • Amélioration de la posture
  • Amélioration du sommeil
  • Diminution des douleurs au dos
  • Meilleur positionnement de bébé pour l’accouchement
  • Meilleure préparation à l’accouchement et à la poussée
  • Amélioration de l’estime de soi
  • Augmentation de l’énergie
  • Meilleure oxygénation pour maman et bébé
  • Diminution des douleurs au bassin
  • Meilleure condition post-partum

Comment diriger son entraînement durant la grossesse?

Le renforcement de certains muscles clés doit être priorisé durant la période prénatale.

Pour ce qui est de l’entraînement cardiovasculaire, il est recommandé d’en faire tout en s’assurant de ne pas dépasser un essoufflement léger. Il faut être capable de dire deux ou trois mots d’affilée lors de l’activité cardiovasculaire. On ajoutera à l’entraînement de la femme enceinte des exercices de mobilité pour lui permettre de mieux gérer les changements de posture de la colonne vertébrale. Durant les semaines 1 à 18, on priorisera la mobilité de la colonne lombaire et de l’articulation sacro-iliaque en plus de travailler sur la mobilité du diaphragme. Pour les semaines 19 à 33, on priorisera la mobilité de la colonne dorsale. Finalement, pour les semaines 34 à l’accouchement, la mobilité de la colonne cervicale et de la ceinture scapulaire sera mise de l’avant.

Et les exercices d’abdominaux? Il faut en faire! Le travail des abdominaux doit être en parallèle avec le travail du plancher pelvien et de la respiration. Les exercices de la famille des redressements assis et des levées de jambes doivent être éliminés, car ils créent une trop grande pression intra-abdominale, ce qui favorise l’affaiblissement des abdominaux et l’ampleur de la diastase. On les remplacera par des exercices de respiration avec activation du plancher pelvien et du transverse de l’abdomen et par des exercices de planche en mouvement.

Attention…

L’entraînement de type cross-trainning ou crossfit n’est vraiment pas adapté à la grossesse. L’intensité élevée de l’entraînement, l’ambiance compétitive et la pratique de plusieurs exercices en cross-trainning peuvent causer des blessures ou des dommages abdominaux à la maman. Si vous désirez continuer ce type d’entraînement, vous devez obtenir des conseils d’une kinésiologue en périnatalité pour modifier votre entraînement et le rendre adapté à votre condition. Vous devez être capable de vous dissocier de l’esprit compétitif, de diminuer votre intensité et d’avoir en tête que le but est uniquement de conserver vos acquis. S’il vous est difficile de faire ces changements, il vous faudra changer de type d’entraînement pour toute la période périnatale.

La course à pied peut être poursuivie pour la maman qui courait déjà. Elle doit assurément la combiner à un programme de renforcement de la musculature profonde afin de s’assurer de la force de son plancher pelvien et de ses abdominaux profonds pour éviter l’affaiblissement de ceux-ci.

Restez ou devenez active avec Douceurs et petits poids! Nous offrons des cours en groupe, Bouge ta bedaine ou yoga prénatal, et de l’entraînement privé!

Bon entraînement, les bedaines!

Catherine Pelletier Kinésiologue – Massothérapeute en périnatalité


Article précédent